La rénovation du réseau

Une première technologique en Haute-Durance !

Une des étapes incontournables du programme de rénovation du réseau électrique en Haute-Durance consiste en l’extension du poste électrique de L’Argentière-la Bessée. Il s’agit d’ajouter deux transformateurs, connectés aux nouvelles lignes créées. Le poids d’un transformateur 225.000/63.000 volts et son gabarit imposant ont rendu le transport par route impossible.

Cela a conduit l’opérateur du réseau public de transport d’électricité, RTE à le faire assembler entièrement sur site, ce qui constitue une première européenne ! Selon Jean-Laurent Casotti, assistant de contrôle travaux au sein de l’équipe Haute-Durance, « cette unique solution de process de construction hors norme s’est avérée être un réel succès après la phase de tests réussie”. Il a fallu tout d’abord travailler pendant quatre mois sous une tente qui devait rester totalement étanche pour exclure les poussières et l’humidité. La fabrication du transformateur par la société Efacec a été achevée mi-décembre. En avril, la campagne de tests confirme la parfaite intégrité du matériel et son bon fonctionnement. Le transformateur, désormais prêt à l’emploi, a été mis en loge tandis que deux autres transformateurs fabriqués à l’identique sont déjà prévus, l’un pour seconder le premier au poste de L’Argentière et l’autre pour intégrer le nouveau poste de Pralong.

 

Pour voir la construction du transformateur, cliquez ici
A lire : des actualités sur RTE&Vous > https://lc.cx/mswn

Assemblage du transformateur 225/63 kV du poste électrique l’Argentière – décembre 2018

 

Transformateur 225/63 kV du poste électrique l’Argentière prêt à l’emploi -mai 2018

 
 

 

Déjà 110 pylônes haute tension retirés dans le cadre de la rénovation du réseau

C’est en décembre dernier qu’une opération de démantèlement de grande envergure s’est achevée, pour l’année 2017, à proximité directe des forts de Mont-Dauphin.

La suppression de la ligne aérienne existante entre l’Argentière-la-Bessée à Mont Dauphin a suivi la mise en service, en août dernier, d’une nouvelle ligne souterraine reliant aussi, sur 17 km cette fois, les deux communes. A ce jour, et grâce aux dernières opérations de décembre, RTE a démonté 45 pylônes sur les 55 que compte cette ligne mise hors d’usage. Les 2 derniers situés du côté de l’Argentière seront démontés au printemps prochain tandis que les 8 autres côté Mont-Dauphin seront retirés en 2020, lors de la mise en service de la ligne THT Grisolles-Pralong.

Opération héliportée de déposes de pylônes – Champcella, décembre 2017

Une intervention héliportée minutieuse qui requiert une expertise fine

C’est un travail qui n’est pas commun : il se réalise à l’hélicoptère et demande beaucoup de précision car le pilote, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol, est obligé de regarder la tête penchée dans la fenêtre du cockpit pour exécuter la manœuvre. Au bout de son élingue de 50 mètres de long, un crochet vient attraper une partie du pylône, la charge pesant entre 2 à 3 tonnes. Pour réussir l’opération, les pylônes doivent être déboulonnés peu avant le vol de l’hélicoptère, maintenus par des broches en attendant l’arrivée de l’hélicoptère gros porteur EC 225.

Selon le pilote Frédéric Grandmougin, qui travaille pour RTE depuis six ans « La difficulté, c’est de maintenir la verticalité de l’hélico, de lever le plus droit possible. Avoir un relief escarpé n’aide pas à trouver les bonnes verticales (…) En général, une opération, c’est dix minutes par pièce », chiffre-t-il.

Opération héliportée de déposes de pylônes – Champcella, décembre 2017

Quid des pylônes retirés ?

Une fois déposées dans un champ prévu à cet effet, les pièces sont prises en charge par une entreprise locale de ferraillage. Son travail consiste à les découper en plusieurs étapes jusqu’à parvenir à des morceaux de 1 mètre de long) dont le but est de recycler l’acier, afin qu’il soit rapidement de nouveau prêt à l’utilisation.

Pour rappel, ce sont 110 pylônes au total qui ont déjà été retirés des paysages haut-alpins, pour un objectif de 650 à l’issue du programme. Une nouvelle opération de démantèlement   de grande envergure est prévue à l’automne 2018. Elle concernera plus d’une centaine de pylônes correspondants à deux lignes  haute-tension, entre Grisolles (Gap) et Mont-Dauphin et entre l’Argentière et le Monêtier-les-Bains.

Pour connaître le détail des pylônes à créer et supprimer, connectez-vous sur la carte interactive du site Haute-Durance.

Pour en savoir plus : le reportage d’ICI TV et les articles de presse du Dauphiné Libéré et de la Provence

 

 

La ligne aérienne à 63 000 volts Embrun-Serre-Ponçon sera finalement supprimée intégralement

La mesure additionnelle dite P7 telle qu'actée lors du comité de pilotage du 19 janvier 2018

le 19 janvier 2018, la nouvelle solution de RTE pour supprimer la ligne aérienne à 63 000 volts Embrun-Serre-Ponçon, dans le secteur des Puys, a été validée lors du comité stratégique du programme de rénovation électrique de la Haute-Durance présidé par Mme la Préfète des Hautes-Alpes. Le projet initial de mise en souterrain de cette ligne entre la baie Saint-Michel et Embrun s’est avéré techniquement complexe et incompatible avec la loi littoral. Pour respecter ses engagements, RTE va supprimer intégralement les 25 km de ligne existante et construire un tronçon souterrain de 2 km au nord d’Embrun. Cette solution alternative, qui permet de supprimer 6 km supplémentaires de ligne aérienne sur les communes de Chorges et de Rousset par rapport au projet initial, va au-delà des attentes de dégagement des abords du lac issus de l’enquête publique.

Un engagement de RTE issu de l’enquête publique de 2013

Pour répondre aux attentes exprimées par les habitants lors de l’enquête publique sur le programme de rénovation du réseau électrique de la Haute-Durance, la commission d’enquête avait demandé à RTE de mettre en souterrain la ligne électrique à 63 000 volts Serre-Ponçon – Embrun entre la baie Saint-Michel et le poste électrique d’Embrun. L’étude de cette solution a confirmé les difficultés techniques et juridiques associées à ce secteur. Ainsi, le passage du pont de Savines aurait nécessité la création d’une structure métallique accolée au pont pour soutenir le poids des câbles électriques. Surtout, il est apparu que les travaux étaient incompatibles avec les protections juridiques dont bénéficient les rives du lac de Serre-Ponçon au titre de la loi « littoral ».

Une nouvelle configuration électriquement équivalente

RTE a donc étudié et proposé une nouvelle solution au comité stratégique, présidé par la préfète des Hautes-Alpes et associant les élus concernés par le programme. Il s’agit de supprimer totalement la ligne électrique aérienne entre les postes électriques de Serre-Ponçon, sur la commune de Rousset, et d’Embrun. Pour ne pas dégrader la sécurité d’approvisionnement en électricité de l’Embrunais, RTE réalisera une nouvelle liaison souterraine à 63.000 volts d’environ 2 km entre le poste électrique d’Embrun et le futur poste de Pralong. En outre, RTE devra prévoir des équipements de maîtrise de la tension au sein des postes électriques de Pralong et de Briançon.

Un bénéfice environnemental qui va au-delà des engagements initiaux

Cette nouvelle solution permettra de sécuriser les besoins électriques de l’Embrunais tout en allant au-delà des engagements initiaux, puisque RTE pourra supprimer intégralement la ligne électrique à 63 000 volts Serre-Ponçon – Embrun. Ce sont 6 km supplémentaires, soit une vingtaine de pylônes sur les communes de Chorges et de Rousset, qui seront supprimés, en plus des 19 km déjà prévus sur les communes de Prunières, Savines-le-Lac, Puy-Sanières et Embrun. Ce démantèlement s’ajoute à celui des deux autres lignes aériennes longeant les rives du lac. Par ailleurs, la réalisation du nouveau tronçon souterrain ne nécessitera cette fois aucune perturbation de la circulation au niveau de la route des Puys et du pont de Savines.

Vers une validation du tracé d’ici fin 2018

Une réunion de concertation rassemblant les acteurs locaux est prévue au second semestre 2018. Elle permettra de valider le tracé définitif de la liaison souterraine Embrun-Pralong, envisagée à ce stade principalement sous la route départementale RD994H. L’objectif de RTE est de pouvoir mettre en service ce nouveau tronçon d’ici  fin 2020, afin de pouvoir démonter la ligne aérienne  Serre Ponçon – Embrun en 2021.

Pour visualiser les démantèlements de lignes aériennes prévus dans le programme de rénovation, consultez la carte interactive.

Carte du projet

Le chantier à fin 2017 et les perspectives en 2018

Le 8 décembre dernier, Laurence Lessard, Directrice du Projet Haute-Durance RTE et Jean-Philippe Bonnet, Délégué RTE Méditerranée ont été interviewés par la chaîne d’ICITV  pour évoquer les avancées des travaux du chantier à ce jour et les réalisations à venir pour l’année 2018.

Le projet de rénovation électrique Haute-Durance porté par l’entreprise de service public RTE, arrive bientôt à mi-parcours.

D’ici 2021, la vallée de la Haute-Durance sera dotée d’un réseau électrique rénové, d’une alimentation en électricité sûre, avec un résultat final de 106 km de lignes aériennes en moins dans le paysage. L’alimentation en électricité est d’ores et déjà plus sûre avec d’une part, la sécurisation de l’Embrunais via le renouvellement en souterrain de la ligne entre Embrun et Mont-Dauphin, et d’autre part, la sécurisation du Briançonnais avec la mise en service cet automne du poste électrique d’EDSB alimenté par la nouvelle ligne entre Briançon et Le Monêtier.

A la fin de l’année 2017, le grand chantier de modernisation porté par RTE a avancé conformément au planning prévu : 50 % des liaisons souterraines ont été réalisées (3 lignes sur les 7 prévus sont déjà en service), 85 % des pylônes neufs ont été construits et  15 % des anciens pylônes ont été supprimés, soit plus d’une centaine de pylônes.

Dépose de pylônes héliportés à Champcella et Saint-Crépin-novembre 2017

Mais c’est aussi de nombreuses mesures d’accompagnement qui ont été mises en place dont :

– le début de la mise en peinture des pylônes, selon des analyses de paysagiste, pour les rendre mat et ainsi réduire la visibilité (67 actuellement)

– la création d’une passe à poisson sur le torrent des Ayes 

– l’équipement de près de 10 km de câbles aériens de balises « avifaunes » pour éviter des collisions entre les lignes THT et les oiseaux

– la compensation des 7 hectares de défrichement par des actions forestières sur une cinquantaine d’hectares de forêts: 35 hectares de travaux ont déjà été réalisés

– la concrétisation du projet LIFE Elia-RTE par la plantation de 10 ha d’essences forestières locales sous les lignes THT de la Haute-Durance

 

Projet Life Elia – Plantations sous les nouvelles lignes électriques, Réallon, novembre 2017

C’est enfin sur le sujet de la mise en place du Plan d’Accompagnement du Projet (PAP) que Jean-Philippe Bonnet s’est exprimé lors de l’interview sur d’ICITV. Ce dispositif qui permet de faire émerger ou d’accompagner des projets locaux sur les territoires concernés par la création de lignes électriques aériennes représente 6,9 M€ et a déjà fait l’objet de 2,15 M€ de fonds attribués par le Comité de Pilotage, sous l’égide de la Préfecture des Hautes-Alpes. De nombreux projets ont déjà vu le jour ou sont en cours de création (Voie verte à l’Argentière, plages sur le Lac de Serre-Ponçon, restauration d’une chapelle à Saint-Martin de Queyrières ou rénovation d’une école à Champcella…)

Par ailleurs, il comprend une part destinée à soutenir des projets participatifs, via la plate-forme www.mesprojetsterritoriaux.fr. Lorsque les projets sont retenus, RTE abonde de 1 euro chaque euro investi par les particuliers pour soutenir le projet.

Pour visionner l’interview complète : https://player.vimeo.com/video/247823766

 

 

 

Une nouvelle carte interactive du réseau électrique de la Haute Durance pour naviguer facilement entre les lignes

Tutoriel de la carte interactive RTE du réseau électrique de la Haute-Durance

Avec la rénovation globale du réseau électrique d’ici 2021, il y aura deux fois moins de lignes aériennes et 100 km de lignes souterraines supplémentaires en Haute-Durance. RTE a conçu spécialement pour ce projet une carte interactive  afin d’offrir à tous les habitants la possibilité de découvrir l’intégralité du réseau électrique rénové.

L’internaute peut naviguer librement dans cette carte interactive et zoomer à l’échelle d’un quartier ou d’une commune. Il suffit de quelques clics pour visualiser toutes les lignes à haute et très haute tension vouées à disparaître, et celles, aériennes et souterraines en cours de création. L’outil permet d’aller plus loin : il est possible de cliquer sur chacune des lignes intégrées dans ce grand chantier de rénovation du réseau électrique en Haute-Durance pour connaître en détail leur niveau de tension, leur cheminement et quand les travaux – de construction ou de déconstruction – commencent et s’achèvent.
Enfin, cette carte permet également localiser les pylônes qui seront créés et ceux qui seront supprimés ainsi que le tracé des lignes souterraines achevées ou en cours de réalisation.

Pour en savoir plus : naviguer dans la carte 

A lire : une actualité sur la page projet RTE France.

 

Une nouvelle source électrique pour garantir la sécurité d’alimentation du Briançonnais

EDSB et RTE ont inauguré le 14 novembre dernier le nouveau poste électrique des Sagnes à Briançon, sous le haut patronage de M. le Maire Gérard Fromm et en présence de nombreux élus dont M. Arnaud Murgia et de Mme Anne-Marie Forgeoux représentants respectivement le Conseil Départemental et le Conseil Régional ainsi que de différentes personnalités du monde économique. Connecté directement au réseau de RTE en cours de rénovation sur toute la Haute-Durance, ce nouveau poste électrique répond à l’ambition des deux entreprises de service public de garantir durablement la sécurité d’alimentation électrique du Briançonnais. Il permettra de réduire les coupures d’électricité, de faire face aux pics de consommation hivernaux, en constante hausse, et de participer au développement des énergies renouvelables.

A Briançon, entre la gare ferroviaire et la Durance, trois bâtiments au traitement architectural soigné cachent la nouvelle source électrique du Briançonnais. Implanté sur le site d’une ancienne friche industrielle du quartier des Sagnes, ce « poste-source » connecte dorénavant directement EDSB, en charge du service public de l’électricité dans le Briançonnais, au réseau public de transport opéré par RTE.

Couplé à des travaux importants de réhabilitation et de développement des réseaux d’EDSB et de RTE, ce nouvel équipement permet de faire face aux pics de consommation en hiver, augmentant chaque année d’environ 3%, et d’accompagner durablement les projets d’aménagement tels que « Cœur de Ville » à Briançon. Au printemps, il permettra de collecter la production renouvelable excédentaire du Briançonnais et de la renvoyer vers le réseau de transport d’électricité.

Briançon, Poste des Sagnes.

Grâce à l’avancée du chantier de rénovation du réseau de transport électrique de la Haute-Durance, ce poste est alimenté par deux lignes souterraines haute tension, à 63.000 volts, créées depuis les postes situés à Monêtier-les-Bains d’une part et à Villard-Saint-Pancrace d’autre part. Cette installation est également équipée de deux transformateurs d’une capacité maximale de 36 MW chacun d’où partent 10 circuits à 20.000 volts qui irriguent Briançon et Saint Martin de Queyrières. Deux années de travaux ont été nécessaires pour achever le poste et son raccordement en souterrain. Au total, ils représentent un investissement de 8 millions d’euros, porté à 88% par EDSB et 12% par RTE.

Marc Platon, directeur d’EDSB, explique l’ambition de ce nouvel équipement : «  Lorsque RTE a engagé la rénovation de son réseau électrique à haute tension en Haute-Durance, nous avons saisi cette opportunité pour créer le poste-source dont nous avions besoin. Ce choix nous permet aujourd’hui de réduire drastiquement les temps de coupure et de garantir la sécurité d’alimentation électrique du Briançonnais à longue échéance, au moindre coût pour notre collectivité.»

Pour en savoir plus, le reportage de d’ICI TV  à 15:52   et une actualité sur le site d’EDSB

Le Conseil d’Etat confirme l’utilité publique de la rénovation électrique en Haute-Durance

le territoire de la rénovation des lignes THT s’étend du lac de Serre-Ponçon jusqu’au domaine de Serre-Chevalier.

 le Conseil d’Etat a validé  ce 23 octobre 2017 l’utilité publique du programme de rénovation du réseau électrique de la Haute-Durance engagé par RTE et la légalité des autorisations ministérielles. Ces décisions permettent de poursuivre sereinement les travaux engagés pour sécuriser l’alimentation électrique de la Haute-Durance tout en supprimant 200 km de lignes aériennes vétustes.

Les magistrats de la plus haute juridiction administrative ont rejeté ce jour les requêtes dirigées contre les déclarations d’utilité publique portant sur les lignes aériennes et aéro-souterraines du programme de rénovation du réseau électrique en Haute-Durance. Ces requêtes avaient été déposées fin 2014 devant le Conseil d’Etat puis devant le Conseil constitutionnel. Après une première décision du Conseil constitutionnel en février 2016 favorable à RTE, la décision du Conseil d’Etat valide la régularité des procédures – notamment l’étude d’impact–  ayant conduit aux déclarations d’utilité publique précitées et vient confirmer définitivement leur bien-fondé. Cette décision n’est pas susceptible de recours et permet à RTE de poursuivre sereinement les travaux et la mise en œuvre de ses différents engagements.

Face à un besoin avéré, une rénovation qui permet de diminuer de moitié les lignes aériennes en Haute-Durance

La Haute-Durance, qui s’étend du lac de Serre-Ponçon jusqu’au domaine de Serre-Chevalier, est actuellement principalement desservie par une ligne électrique aérienne construite en 1936 qui relie Serre-Ponçon à la Maurienne, en franchissant les cols du Lautaret et du Galibier. Cette ligne est vétuste et d’une capacité insuffisante pour une alimentation électrique sécurisée. RTE a donc engagé en 2008 un dialogue avec le territoire pour définir cette ambitieuse rénovation.

A la suite du processus de concertation, un programme général de modernisation permettant de garantir durablement la sécurité d’alimentation tout en réduisant de moitié le réseau aérien a obtenu les déclarations d’utilité publique et autorisations nécessaires. Il consiste à supprimer plus de 200 km de lignes aériennes actuelles pour les remplacer par 100 km de lignes souterraines et 100 km de nouvelles lignes aériennes reconstruites à l’écart des habitations et des sites emblématiques de la vallée.

Cet investissement de plus de 230 M€, financé grâce à la péréquation nationale, comprend également l’installation de câbles à fibres optiques sur toutes les nouvelles lignes afin de favoriser la desserte des Hautes-Alpes par le « très haut-débit », ainsi qu’un un plan d’accompagnement de 7M€ destiné à financer des projets locaux. Il se traduit enfin par des retombées économiques pour les entreprises des Hautes-Alpes estimées à plus de 30 M€.

Projet Haute-Durance : Lancement des travaux de liaison souterraine entre Villard St Pancrace et Le Monêtier-les-Bains

Un nouveau chantier a débuté le13 mars dernier dans le cadre de la rénovation du réseau de transport électrique de la Haute Durance. Il consiste à créer une ligne souterraine à 63.000 volts près de 16 km entre Villard St Pancrace et Monêtier-les-Bains, (domaine de Serre-Chevalier).

Les travaux, qui vont impliquer des aménagements de circulation sur plusieurs routes départementales notamment, vont durer deux ans. Ils traverseront les communes de Villard St-Pancrace, Briançon, Saint Chaffrey, La Salle-les-Alpes et le Monêtier-les-Bains, sachant que plusieurs chantiers se dérouleront en parallèle. La mise en service de cette nouvelle liaison souterraine, dont la réalisation incarne l’engagement de RTE de reconstruire 100 km du réseau existant à rénover en souterrain, est programmée à l’hiver 2018.

Pour en savoir plus sur les travaux:
www.hautedurance.fr/info-travaux/

Une alimentation électrique adaptée au territoire de la Haute-Durance

Consommation électricité Haute-Durance

La consommation d’électricité a continué à augmenter régulièrement en Haute-Durance au cours des dernières années, alors qu’elle a plutôt ralenti dans le reste de la France.

C’est l’hiver en soirée que la consommation électrique est la plus forte. Pour la Haute-Durance, cela intervient alors que la population est multipliée par trois. Selon le niveau de froid, la consommation s’envole et le réseau électrique doit faire face à ces pics. Lors du diagnostic énergétique établi en 2009 pour calibrer la rénovation du réseau électrique de la Haute-Durance, la croissance de cette pointe de consommation avait été évaluée à + 2,5% par an.

En réalité, même si elle varie selon que l’hiver est doux ou rigoureux, elle s’est toujours établie au-dessus de ces prévisions, ce qui confirme la nécessité de rénover rapidement le réseau existant.

La rénovation Haute-Durance accompagne la dynamique du Briançonnais

Ligne haute-tension réseau électrique EDSB

La société EDSB, qui a en charge l’exploitation du service public de l’électricité sur Briançon et Saint Martin de Queyrières, témoigne du besoin de sécurisation de l’alimentation électrique dès aujourd’hui et pour demain. Interview de Marc Platon, directeur et de Jean-Luc Dumay, adjoint au directeur d’EDSB.

En savoir plus

Deux fois moins de pylônes sur le réseau Haute-Durance rénové d’ici 2020

le réseau éléctrique en haute durance avant et après sa rénnovation

Au final, 314 pylônes et 100 km de lignes aériennes seront supprimés des paysages des Hautes-Alpes.

100 km de lignes vont être enterrées. Les Hautes-Alpes vont ainsi atteindre le plus fort taux de mise en souterrain en France : 20 %, alors que le taux moyen en PACA est de 6%.

Le tracé des nouvelles lignes a été élaboré en concertation avec les habitants et les acteurs locaux – élus, associations, entreprises de 2008 à 2014.

 

Pourquoi rénover les lignes électriques de la Haute-Durance ? Retour sur la genèse de la rénovation

Avec un réseau électrique datant de 1936, la Haute-Durance a été l’un des premiers territoires de France à accueillir des lignes à haute tension. Aujourd’hui, la rénovation de ce réseau est devenue indispensable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer un contenu adapté à votre sélection
et nous permettre de réaliser des statistiques de visites de notre site. En savoir plus.